Les étudiants préfèrent attendre que de consulter leur médecin

Les étudiants préfèrent attendre que de consulter leur médecin
Le 23/09/2015 à 21:45 par Robertlemiro

Vu Favoris Temps moyen
560 0 01 min 00
Quand on est malade, le plus simple reste de consulter son médecin traitant, mais pour la plupart des étudiants, cela n'est plus un réflexe, d'après un récent sondage. A peine 50% d'entre-eux prennent rendez-vous avec un professionnel de la santé quand ils en ont besoin !

Préférant attendre ou bien encore user de l'automédication, les étudiants en 2015, ne vont plus consulter un médecin quand ils sont malades. C'est ce que vient de dévoiler l’enquête de référence sur la santé des étudiants en France, menée par Emevia (Réseau national des mutuelles étudiantes de proximité) et l’Institut CSA, réalisée auprès de 8 078 étudiants. 

A peine 50% consultent quand ils sont malades

Une enquête réalisée tous les deux ans et qui démontre cette année une nouvelle hausse sur l'impasse de soin chez les étudiants. L'impasse est principalement faite chez les médecins traitants, mais aussi chez les gynécologues.

C'est donc, d'après l'enquête, seulement 52% des étudiants qui déclarent prendre rendez-vous chez leur médecin quand ils en ont besoin et 49,2% déclarent quant à eux faire de l'automédication, même si ils vont ou sont allés chez le médecin.

Du côté des examens gynécologiques, le nombre d'étudiantes ayant consulté un gynécologue, durant l'année, a lui aussi baissé. De 48% lors de la dernière enquête en 2013, ce chiffre est aujourd'hui passé à 44,88%.

Pour Ahmed Hegazy, président de Emevia, ces chiffres sont inquiétants et mettent en avant les efforts qu'il reste à mettre en place afin de faire en sorte que les étudiants se rendent chez des professionnels de la santé quand ils en ont besoin. Il a d'ailleurs déclaré à ce sujet : « Les difficultés d’accès aux soins justifie le maintien d’un régime spécifique de sécurité sociale étudiante afin d’apporter des réponses adaptées à des besoins spécifiques. Cette problématique requiert également des dispositifs supplémentaires d’accompagnement. Les mutuelles étudiantes du réseau emeVia n’ont eu de cesse de promouvoir l’élargissement d’un chèque santé et l’élaboration d’une consultation gynécologique gratuites pour les jeunes femmes de 18 à 25 ans. Au vu des résultats de l’enquête nous reformulons notre demande auprès des pouvoirs publics, afin que l’accès aux soins des étudiants connaisse une réelle amélioration ».

Fait étonnant et important, quand on sait que les visites chez le médecin sont remboursées, 15,4% ont pourtant déclaré ne pas être allés chez le médecin lors des 6 derniers mois pour des raisons financières. Toutefois, ce chiffre a baissé, il était de 17,3% en 2013. Il reste néanmoins très important et doit être un axe prioritaire de travail pour les services compétents. L'accès aux services de santé ne doit pas être une question financière pour quiconque en France !
1Top
0Flop

Réactions



Vous devez être inscrit pour commenter cet article
Il y en a pour quelques secondes et donne accès à de nouvelles fonctionnalités.

Dans le même style

... Ou pas!