Les députés refusent l'interdiction des mannequins trop maigres !

Les députés refusent l'interdiction des mannequins trop maigres !
Le 19/03/2015 à 02:56 par Robertlemiro

Vu Favoris Temps moyen
2623 0 01 min 00
Dans le cadre du projet de la loi santé de Marisol Touraine, un amendement avait été déposé par le député PS de l'Isère afin de faire interdire aux agences de mannequins d'employer des filles trop maigres. Un amendement qui avait pou but de lutter contre l'anorexie, mais celui-ci a été rejeté aujourd'hui par la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale.

On vous en parlait hier, deux amendements au projet de loi santé de la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, avaient été déposé par le député PS de l'Isère. Des amendements qui allaient dans la logique et qui permettaient de faire un nouveau pas vers la disparition de ces modèles de beauté totalement inaccessible en étant en bonne santé.  C'était bien parti, mais...

Un amendement entraînant un problème éthique

Le premier amendement proposé par Olivier Véran visait donc l'interdiction aux agences de mannequinats d'engager des mannequins ayant un indice de masse corporel faible (En dessous de 18). Pour les agences qui enfreindraient les règles, la peine maximum encourue était de 6 mois de prison et 75 000€ d'amende.

Quand on sait que ces mannequins qui défilent pour les plus grands couturiers sont les icones de la mode et de la beauté, tout le monde s'accordent alors à dire qu'il fallaient faire quelque chose. Oui, mais pas n'importe comment.

C'est pourquoi cet amendement a été rejeté, même si la discussion n'est pas close et sera de nouveau à l'ordre du jour à la fin du mois de Mars lors de la séance du projet de loi. En attendant, les députés, aussi bien de droite, comme de gauche, ne sont pas favorables à cette version et l'ont fait savoir. D'après eux, celle-ci serait une discrimination à l'embauche.

Le second amendement retiré

Avant même d'être mis sur le tapis aujourd'hui, cet amendement, qui consistait à émettre des mesures contre les sites Internet qui proposent du contenu considéré comme une incitation à l'anorexie, a été retiré. Mais celui-ci n'est pas abandonné. D'après la député PS de la Vienne, Catherine Coutelle, aussi présidente de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée, l'amendement va être retravaillé et proposé de nouveau dans l'hémicycle.

Les sites Internet pro-ana, comme on les appelle, n'ont qu'à bien se tenir, ils ont eu un peu de répit, mais les députés reviendront à la charge. Et quand on connait les raisons de ceux-ci, on ne peut qu'être d'accord !
1Top
0Flop

Réactions



Vous devez être inscrit pour commenter cet article
Il y en a pour quelques secondes et donne accès à de nouvelles fonctionnalités.

Dans le même style

... Ou pas!