Le prêt personnel à la rescousse des salariés d'une usine

Le prêt personnel à la rescousse des salariés d'une usine
Le 11/10/2016 à 13:45 par Robertlemiro

Vu Favoris Temps moyen
1318 0 01 min 00
Le micro-crédit, mis en place pour faciliter le financement d’un projet professionnel validé pour les plus défavorisés et exclus du système bancaire classique, a permis aux salariés d’une usine de fabrication de tissu de sauver leur emploi en reprenant les rênes de leur entreprise.

Le micro-crédit social, ou prêt personnel

C’est un prêt variant entre 300 et 3000€, accordé aux personnes en détresse financière et rejetées par le système bancaire classique : chômage, faibles revenus, pas de voiture, situation professionnelle fragile ou encore surendettement. C’est un crédit personnel pas cher (taux compris entre 4 et 5%) dont la durée de remboursement s’étend de 6 à 36 mois, selon le montant emprunté. Il est destiné à la concrétisation d’un projet favorisant un retour à l’emploi ou une amélioration de la situation professionnelle : déménagement pour se rapprocher du lieu de travail, permis de conduire, achat d’une voiture, formation… Bien qu’il soit avant tout destiné aux projets professionnels, il peut également servir à l’achat de mobilier de première nécessité.

L’usine Clarenson sauvée son personnel et le micro-crédit

Si, généralement, le micro-crédit est accordé dans le cadre d’une évolution de la situation professionnelle du demandeur, c’est parfois le maintien de sa condition professionnelle qui constitue le progrès. C’est le cas des salariés de l’usine Clarenson, dans le Tarn. En effet, cette entreprise a connu de grosses difficultés suite à une longue procédure au tribunal de commerce de Castres. Pour remonter la pente et sauver leur entreprise, les salariés ont décidé de prendre les choses en main. Soudés, motivés et compétents, ils ont repris l’entreprise et en ont fait une société coopérative, en souscrivant chacun un prêt personnel leur permettant d’entrer dans le capital.

Aujourd’hui et depuis juillet, la Scop Clarenson est aux mains de ses employés et est gérée plus particulièrement par deux d’entre eux, Ivana Castel et Franck Delon.

Des perspectives réjouissantes

Jouissant d’une excellente réputation, le tissu haut de gamme de la société Clarenson est très prisé par de prestigieuses marques internationales, qui constituent la plus grande partie de sa clientèle. L’entreprise est sortie du tunnel et continue sur sa lancée, s’appuyant sur les compétences, la motivation et le savoir-faire des salariés qui la dirigent et dont la seule “folie” est d’avoir légèrement augmenté les salaires pour permettre à tous de faire face aux mensualités du crédit. L’avenir, s’il n’est jamais serein, s’annonce prometteur.
2Top
0Flop

Réactions



Vous devez être inscrit pour commenter cet article
Il y en a pour quelques secondes et donne accès à de nouvelles fonctionnalités.

Dans le même style

... Ou pas!