Cassano, Balotelli : deux têtes brulées qui sauvent la Squadra Azzura

Cassano, Balotelli : deux têtes brulées qui sauvent la Squadra Azzura
Le 19/06/2012 à 22:59 par tidjegwada

Vu Favoris Temps moyen
922 0 03 min 51

Une Italie un peu poussive se qualifie face à l’Irlande pour les ¼ de finale de l’euro par 2 buts de ses deux enfants terribles  Cassano (35) et Balotelli (90).


Aux oubliettes le 3-5-2 si plaisant mais qui n’a pas permis aux italiens de gagner lors des deux premiers matches. Prandelli est revenu à une formation plus classique en 4-4-2 avec un milieu en losange. Balotelli cible de toutes les critiques débutera la rencontre sur le banc, de Rossi retrouve son poste naturel au milieu de terrain qu’il avait troqué contre ce poste de libéro qui lui allait si bien.

Les irlandais ont eux aligné exactement la même équipe que lors des deux premiers matches : on ne change pas une équipe qui perd.

L’Italie a semblé particulièrement pataude dans ce 4-4-2, les milieux avaient beaucoup de difficulté à combiner et servir leurs attaquants. Les irlandais eux ont fait ce qu’ils font le  mieux, longs ballons directs  vers les attaquants en espérant marquer suite à une déviation, un corner ou un coup franc.
Cette équipe certes très généreuse dans l’effort et affichant une grosse solidarité collective trouve cependant rapidement ses limites en face d’une équipe avec un minimum d’organisation défensive et un minimum de qualités individuelles.

Ce sont d’ailleurs les individualités qui vont sauver la squadra, d’abord Cassano de la tête, puis Balotelli rentré en cours de jeu sur une superbe reprise de volée acrobatique, sans aucun doute  le plus beau but du tournoi.
 

Cassano : un vrai Clown
 

Cassano est l’exemple type de l’attaquant très talentueux dont le melon énorme empêchera de réaliser une carrière en adéquation avec son grand talent. Dans tous les clubs où il est passé il s’est toujours embrouillé avec ses entraineurs : la Roma, le Réal Madrid ou encore la Sampdoria de gênes. C’est avec ce club qu’il atteindra le summum de la stupidité en insultant ouvertement son président alors que ce dernier lui demandait simplement de l’accompagner à une remise de prix : de toute évidence il avait mieux à faire.

En sélection italienne son mauvais caractère lui jouera de mauvais tours puisque que ses relations tendues avec Marcelo Lippi lui couteront deux mondiaux : celui de 2010 et surtout, à son grand dam la campagne victorieuse de 2006.

Il s’est déjà fait repérer lors de cet euro en tombant dans le panneau d’un journaliste qui lui demandait ce qu’il pensait des rumeurs de présence de joueurs homosexuels en équipe d’Italie. Cassano ne s’est pas fait prier pour dire tout le bien qu’il en pensait, sur le ton de la plaisanterie et de la beauferie s’attirant les foudres des associations luttant contre l’homophobie en Italie.

Cet euro 2012 est une sorte de rédemption pour l’attaquant de 29ans à qui il ne restera plus beaucoup d’occasions pour gagner quelque chose sur le plan international. En tout cas, sur le terrain,  il a montré de belles prédispositions en inscrivant un superbe but de la tête contre les irlandais, qui n’est pas son point fort vu sa taille, bien servi par Pirlo.
 

Balotelli : un grand gamin perturbé


L’institutrice de Balotelli  le décrit avec ces mots : « l’enfant le plus perturbé que j’ai jamais eu » ou encore « il avait un problème d’identité évident ». En effet « Super Mario » a été abandonné à la naissance par ses parents naturels qui étaient ghanéens.
Il a donc été adopté et recueilli bébé par la famille Balotelli dans laquelle il a grandit avec deux frère et une sœur. Balotelli, apatride durant son toute son enfance (il obtiendra la nationalité italienne à 18ans), est perçu comme étant autiste et provocateur. Le football a sans doute sauvé la vie de ce gamin qui ne semblait pas destiné à un grand avenir.

Il a toujours clamé haut et fort son amour pour l’Italie, son « vrai » pays, notamment en refusant d’aller au mondial 2010 avec le Ghana, le pays de ses parents biologiques et ce malgré la promesse d’une place de titulaire par le sélectionneur ghanéen, et en dépit de sa non sélection en équipe d’Italie.
Cette dévotion pour son pays ne l’a malheureusement pas préservé du racisme de la société italienne : en 2009 il subira 3 fois en moins de 6 mois des cris de singes lors de matches officiels avec l’Inter de Milan, se faisant aussi huer à chaque fois qu’il touchait le ballon.

Son enfance difficile explique en partie le fait qu’à 21 ans Balotelli soit encore un grand gamin et ses frasques font constamment le « buzz » sur les réseaux sociaux et la une des tabloïds.
Il a à son actifs de nombreuses pépites : porter le maillot du Milan AC alors qu’il jouait à l’inter ; accumuler 11000€ d’amendes pour mauvais stationnement ; mettre le feu à sa salle de bain avec des feux d’artifices ; lancer des fléchettes sur l’équipe de jeunes de Manchester City ; jouer avec son iPad sur le banc des remplaçant lors d’un match ; ne pas être capable de mettre une chasuble ou encore ses crampons sans l’aide du staff ; ou encore sortir dans une boîte de strip-tease la veille d’un match.

Tout ceci ne l’a pas empêché d’inscrire le but beau but de cet euro 2012 d’un superbe retourné acrobatique et d’assurer la qualification de l’Italie en ¼ de finale. 
1Top
0Flop

Réactions



Vous devez être inscrit pour commenter cet article
Il y en a pour quelques secondes et donne accès à de nouvelles fonctionnalités.

Dans le même style

... Ou pas!