Le CBD : un composant différent du cannabis traditionnel ?

Le CBD : un composant différent du cannabis traditionnel ?
Le 26/08/2020 à 18:03 par Nonoob

Vu Favoris Temps moyen
630 0 01 min 00
Dans le cannabis, il existe différents types de composants. Les cannabinoïdes sont les plus connus, et même au sein de cette catégorie, certains sont plus connus que d’autres : tandis que le CBG (cannabigérol) est encore peu connu mais possède certains bienfaits, le CBD (cannabidiol) est de plus en plus tendance grâce à ses atouts avérés. Retour sur ce débat et sur les différences à connaître.

Le cannabidiol, l’un des principaux cannabinoïdes

Il faut bien distinguer la plante de cannabis, sur le plan botanique, du cannabis sur le plan chimique : le cannabis désigne généralement la plante qui est ensuite cultivée pour être utilisée à des fins récréatives, en utilisant notamment les composants psychotropes de la plante (THC, ou tétrahydrocannabidiol).

Cependant, la plante de cannabis ne comprend pas que des composantes avec des vertus psychotropes. Par exemple, le CBG, ou cannabigérol, est une molécule non psychotrope qui est donc favorable à l’organisme. Elle est par exemple antibactérienne, au même titre que le CBN ou le CBD.

Justement, le CBD (cannabidiol) est l’une des composantes du cannabis les plus connues, notamment pour ses bienfaits démontrés dans de nombreux domaines. En cela, CBD est différent du cannabis, notamment au niveau des effets.

 Effets primaires et secondaires

En raison de ses effets positifs, le CBD constitue un marché en pleine expansion depuis les années 2010. Ce marché est d’ailleurs estimé à 58 milliards de dollars d’ici 2028, ce qui représente même une opportunité économique unique pour certains pays. Le CBD possède de bons effets primaires : apaisement, relaxation, lutte contre certaines pathologies physiques… Mais les effets secondaires, et négatifs, sont très rares voire inexistants.

À l’inverse, le cannabis, qui comprend du THC (parfois à forte dose), peut impliquer des effets secondaires néfastes, comme l’hallucination, les sueurs froides ou encore, l’impossibilité de se concentrer. Ces effets surviennent en cas de sur-consommation de cannabis, ou, pour certains organismes plus fragiles, en cas de première consommation.

C’est pour cette raison que cannabis et CBD sont différents, tant dans leur composition que dans leur usage et leurs effets.

Des différences flagrantes

Ces différences au niveau des effets ont des implications directes en matière juridique : le cannabis et le CBD sont bien deux objets distincts au regard de la loi. Tandis que le premier est interdit à la culture ou la consommation en France, le second peut être commercialisé à partir du moment où le taux de THC compris dans le produit fini est inférieur à 0,2% de THC. Cela relève de la réglementation européenne, plutôt sévère en la matière.

Malgré cette différence, le secteur du commerce de CBD est encore risqué : en raison de l’ignorance des différences entre CBD et cannabis, certaines boutiques, pourtant spécialisées dans la vente de produits finis légaux et à base de CBD, se doivent de fermer. Parallèlement, de plus en plus de pays votent la légalisation du cannabis pour en finir avec les distinctions, et permettre à ce marché d’évoluer sous de nouvelles règles. Affaire à suivre pour l’Europe et des pays comme la France, très conservateurs en la matière.

 

1Top
0Flop

Réactions



Vous devez être inscrit pour commenter cet article
Il y en a pour quelques secondes et donne accès à de nouvelles fonctionnalités.

Dans le même style