Des clubs gays contrent la vodka Russe

Des clubs gays contrent la vodka Russe
Le 31/07/2013 à 01:50 par Crunkydnb

Vu Favoris Temps moyen
388 0 01 min 00
Alors que la Russie recule sur les droits des homosexuels,  plusieurs discothèques réservées à la clientèle gay se sont mobilisées afin de boycotter la vodka Russe.

Suite à une loi très controversée passée en juin dernier et qui punit les actes de "propagande" homosexuelle devant mineur, le gérant / fondateur du groupe G-A-Y et la boîte de nuit Heaven a décidé le premier de retirer de la vente toutes les boissons russes présentes dans sa discothèque.

The Shadow Lounge, un des premiers club gay d'Europe, annonce lui aussi le boycottage de la vodka russe et plus précisément la marque Stolichnaya.

C'est Dan Savage, un écrivain américain qui a lancé cet appel au boycott la semaine dernière en proposant aux bars homosexuels de "lacher la marque Stolichnaya et la vodka russe en général". Depuis, l'appel semble "s'être étendu à travers toute la communauté gay internationale".

Bien entendu, la marque a été mise au courant et a publié une lettre vendredi dernier en condamant "les actes terribles commis par le gouvernement russe". "La vodka Stolichnaya a toujours été et continue d'être un fervent supporteur de la communauté LGBT (lesbienne, gay, bisexuelle et transsexuelle)". C'est ce que le directeur général du groupe SPI a affirmé en précisant également que le siège de la marque est basé au Luxembourg.

Une pétition circule sur les réseaux sociaux afin d'appeler la communauté gay à se rassembler le 10 août prochain devant l'ambassade de Russie à Londres pour manifester.
D'après Le Monde : "L'homophobie trouve un terrain favorable en Russie, pays où l'homosexualité a été considérée, depuis l'époque soviétique, comme un crime jusqu'en 1993, et comme une maladie mentale jusqu'en 1999".


1Top
0Flop

Réactions



Vous devez être inscrit pour commenter cet article
Il y en a pour quelques secondes et donne accès à de nouvelles fonctionnalités.

Dans le même style

Ah mince, pas d'articles similaires, quelle bande de branleurs ces éditeurs quand même

... Ou pas!